Raphael Mimeault

Sainte-Justine, au cours des années, est devenue ma deuxième maison. J’y ai grandi, appris, et je suis devenu une meilleure personne. Elle m’a appris à comprendre avant de juger, à respecter et surtout à aimer. Tout au long de ma vie elle m’a donné du temps, de la patience, des soins, de la motivation et surtout de l’amour. En quelque sorte elle a forgé l’adolescent que je suis aujourd’hui. En ce jour, j’ai la chance de redonner, du temps, de la patience et de l’amour à cet établissement. J’ai voulu prendre ce temps, le temps de redonner et de l’améliorer du mieux de mes capacités, capacités d’adolescent qui aime son hôpital. Parfois dans une maison il faut y apporter quelques changements, que ce soit de la réparation ou de la décoration. J’aimerais la rendre plus belle, lui apporter une touche de décoration. Sainte-Justine a décoré ma vie et j’aimerais en faire autant, pour elle.

J’aimerais aussi déjoué les stéréotypes qui entourent les jeunes de nos jours. Ceux que nous ne redonnons pas assez à la société, que nous sommes lâches et qu’il n’y a pas de relève. J’aimerais être cette relève, celui qui prouve que nous sommes capables de redonner et de donner du temps pour une cause qui nous est cher, qui nous touche. J’aimerais prouver que ce n’est pas parce qu’on a 16 ans qu’on ne peut pas aider, qu’on ne peut pas apporter du positif dans un hôpital.

J’ai voulu soutenir le comité et tout ce que ses membres bénévoles font pour rendre Sainte-Justine telle qu’on la connaît aujourd’hui. Comme on dit, souvent les vrais héros agissent dans l’ombre.